Écrit par Audrey Blain

Tu as lu notre article « Help, j’en peux plus de mon bullshit job mais je ne suis pas prêt.e à tout lâcher ! », appliqué nos précieux conseils (of course), mais ta vie manque toujours cruellement de sens (et de paillettes) ? Alors le « side project » est peut-être fait pour toi ! 

« Ok mais heu… c’est quoi un « side project » ? »

Venue tout droit de la Silicon Valley (oh yeah !), le « side project » est un projet créatif dans lequel tu as envie de t’investir en dehors de ton boulot. Un projet dans lequel tu veux te lancer parce que ça te fait kiffer (et pas parce que ton boss te l’a demandé !), sans pour autant vouloir quitter ton job.
Sur quel type de projet ? It’s up to you! Alors libre à toi de tricoter des chaussons pour bébé si c’est ton trip, de bosser sur la sortie d’un album avec ton groupe de rock ou bien de te lancer dans la création de boucles d’oreille en fruits séchés (et si, ça existe…).

« Mais du coup, c’est quoi la différence entre loisir et « side project » ? »

C’est vrai que dans les deux cas, il s’agit d’envie, de sens, de passion… La différence entre un simple loisir et un vrai « side project », c’est l’énergie et les ressources que tu vas y consacrer. Parce que oui, le « side project » se rapproche plus du projet professionnel que du simple hobby. C’est un projet à part entière, et si tu veux que ça marche, il va falloir y investir du temps, des ressources (matérielles et parfois financières) et te fixer des objectifs (bah oui, les idées c’est bien mais encore faut-il se donner les moyens de passer à l’action) !

Excited Kung Fu GIF by DreamWorks Animation - Find & Share on GIPHY

« Et qu’est-ce que ça va m’apporter de plus que mon boulot ? »

Que ce soit la passion, l’envie de faire quelque chose de tes petites mains, la recherche de sens ou le besoin d’un complément de salaire qui t’animes, le « side project » c’est aussi un super moyen de t’accomplir professionnellement en dehors du boulot. C’est également l’occasion de sortir de ton cœur de métier (parce que bon les tableaux Excel de la compta, ça va bien deux minutes hein…) et de développer de nouvelles compétences qui pourront peut-être te donner des idées pour enrichir ton job actuel et devenir le chouchou de ton boss (…on ne sait jamais). Le « side project », c’est enfin l’occasion de donner vie à ta passion ! De prendre une grande bouffée d’air frais pour sortir de ton train-train quotidien et de t’épanouir au travers d’un projet qui te prend aux tripes !

« Et légalement j’ai le droit de faire ça ? »

Légalement, rien n’interdit à un employé salarié de mener un projet entrepreneurial en parallèle de son emploi. Il existe tout de même quelques exceptions, comme pour les agents de la fonction publique et certaines professions libérales, pour lesquelles le cumul des statuts est interdit. Lorsque c’est autorisé, il y a tout de même quelques précautions à prendre. Penser par exemple à vérifier qu’il n’y ait pas de clause d’exclusivité ou de non-concurrence dans son contrat de travail. Bien évidemment, tu ne peux pas non plus bosser sur ton « side project » pendant tes heures de boulot (ça semble évident, mais je précise au cas où), ni utiliser les ressources de l’entreprise qui t’emploie pour développer ton activité (sinon ça serait légèrement trop facile hein) !

« Et du coup, j’en parle à mon boss ? »

Encore une fois, it’s up to you! Mais, si rien ne t’y oblige, jouer la carte de la transparence peut être une bonne option. Elle sera toujours appréciée par ton employeur et permettra d’instaurer une relation de confiance avec ton entreprise. Car en tant que salarié, tu es tenu de ne pas nuire à l’entreprise qui t’emploie à travers une autre activité. En parler à ton boss évitera donc de générer de la méfiance de sa part s’il venait à l’apprendre autrement. Et puis rassures-toi, la majorité des managers se soucient du bien-être de leurs salariés, donc ce type de projet, qui y contribue fortement, est en général plutôt bien accueilli.

« Bon ben… let’s go alors ! »

Ça y est, tu es prêt à sauter le pas mais te lancer tout seul te fait un peu flipper ? Heureusement, tu peux compter sur des structures comme Vendredi, qui propose des solutions pour que tu puisses dédier un ou plusieurs jours par semaine à une start-up sociale sans quitter ton job actuel ! Et si tu te sens l’âme d’aller plus loin, dis-toi que le « side project » peut être une bonne période de transition avant de te reconvertir et/ou de te lancer pour de bon dans une nouvelle activité d’auto-entrepreneur. Après tout, c’est comme ça que sont né les célèbres Facebook, Apple et Etsy 😉